Nouvelles orientations dans l’attribution des fréquences pour la 5G

Publié le 9 octobre 2018

Telecom-ParisTech, avec le soutien de la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques, a organisé, le 5 octobre dernier, un séminaire sur les « Nouvelles orientations dans l’attribution des fréquences pour la 5G ». Des études récentes suggèrent en effet que l’approche conventionnelle d’octroi de licences par enchères n’a pas atteint pleinement les objectifs de la politique de connectivité.

Ce séminaire interactif, coordonné par Gérard Pogorel, (Telecom ParisTech et CNRS-Institut Interdisciplinaire de l’innovation -CNRS I3-DSES),  avait pour but de partager de manière approfondie les expériences et les points de vue des pays européens et du Japon.

Ce séminaire a été ouvert par François Rancy Directeur UIT-R.

Au cours d’une première session, dont Pierre-Jean Benghozi, Ecole Polytechnique et ARCEP, était le modérateur, le séminaire a proposé les présentations de Eric Fournier, ANFr, Chairman CEPT-ECC, Erik Bohlin, Chalmers University, Gabriel Solomon, Ercsson France et Marc Bourreau, Telecom-ParisTech. Ces présentations ont été discutées par Martin Cave, LSE, Francesco Nonno, Open Fiber Italy, and Alberto Zilo, ATT Europe.

Une seconde session, animée par Teodosio Perez Amaral, Universidad Complutense Madrid, a vu les présentations de Pierre-Jean Benghozi, Ecole Polytechnique et ARCEP, Kiyotaka Yuguchi, Sagami Women’s University, Tokyo, Martin Cave, LSE, Gérard Pogorel, Telecom-ParisTech et CNRS, et Marc Lebourges, Orange.

Les présentations sont maintenant disponibles.

5e École d’Été d’Économie Numérique

Publié le 3 juillet 2018
La 5e édition de l’Ecole d’été numérique de l’AFREN, soutenue par la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques, s’est tenue à l’Université de Montpellier les 28 et 29 juin 2018.
Plus de 20 papiers de recherche ont été présentés, sur des thèmes très variés : réseaux, plateformes, cybersécurité, blockchain, sharing economy, biais des algorithmes, numérisation de la presse, smart cities, etc.

L’industrie de cinéma dans l’économie numérique

Publié le 23 juin 2018

La Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques organisera à l’automne prochain, une conférence sur l’industrie du cinéma et le numérique. Pour cette conférence, la Chaire s’est associée à la revue Réseaux qui publiera en 2019 un numéro thématique sur ce thème. Un appel à contribution est lancé pouvant porter sur les phénomènes d’hybridation (jeux vidéo, bande dessiné), sur les nouvelles techniques liées au numériques, sur les nouveaux modes de consommation, sur les nouveaux modèles de financement…

10e Conférence sur l’Économie numérique

Paris

Publié le 1 mai 2018

La 10e édition de la conférence de la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques sur l’économie numérique  (précédemment intitulée Conférence sur l’économie des technologies de l’information et de la communications) a eu lieu les 6 et 7 avril 2018. La conférence a rassemblé une cinquantaine de chercheurs en économie numérique de différents pays. La qualité des travaux présentés, à la fois théoriques et empiriques, a été remarquable. Une très grande variété de thèmes ont été abordés : économie des plateformes, économie du haut débit, innovation, impact économique des big data, privacy, réseaux sociaux, etc.

Les deux keynote speakers étaient cette année Neil Gandal de l’Université de Tel Aviv et Markus Reisinger de l’Université de Francfort. Neil Gandal a présenté un travail de recherche empirique qui cherche à quantifier l’importance des réseaux entre innovateurs dans la diffusion des connaissances technologiques. De son côté, Markus Reisinger a présenté une recherche théorique sur l’impact que peut avoir la personnalisation des prix (permises par l’accès à de grandes masses de données) sur les choix de distribution de producteurs (distribution en propre versus par un distributeur en aval).

 

L’économie des plateformes et l’e-commerce

Paris

Publié le 1 mai 2018

Le 5 avril 2018, un workshop a été organisé dans le cadre des travaux de la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques sur « l’économie des plateformes et l’e-commerce », avec des présentations de chercheurs du CREST et de Télécom ParisTech, ainsi que de quelques chercheurs étrangers invités, dont Frank Verboven, ancien professeur titulaire de la Chaire. Le workshop a réuni au total une trentaine de chercheurs, juniors ou seniors. Les travaux présentés portaient notamment sur l’impact des agences de voyage en ligne comme Booking ou Expedia sur l’économie de la filière hôtelière, l’effet du commerce électronique sur la convergence des prix au sein de l’Union européenne et les grandes masses de données comme source de pouvoir de marché.

 

Intelligence Artificielle : fiction ou actions ?

Paris

Le 15 March 2018

La Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques s’est associée à l’ENSAE Alumni, pour organiser, le  Jeudi 15 mars 2018, une conférence sur l’Intelligence Artificielle et ses applications dans différents domaines.

Cette rencontre a accueili des intervenants de renom des secteurs public et privé, occupant des responsabilités de premier rang dans divers domaines d’application de l’Intelligence Artificielle :

Marco CUTURI, professeur à l’ENSAE-CREST, Guillaume DEVAUCHELLE (Directeur de l’Innovation, Valeo), Laurence DEVILLERS (Professeure, Paris-Sorbonne et LIMSI/CNRS), Jérôme LEMAIRE (Ingénieur en Chef de l’Armement, Chargé de mission « intégration numérique, intelligence artificielle », Direction Générale de l’Armement), Nicolas LE RU (Département Travail, Emploi, Compétences, France Stratégie), Antoinette ROUVROY (FRS, Centre de Recherche en Information, Droit et Société de l’Université de Namur, membre du Comité pour la Prospective de la CNIL), M. Gilbert SAPORTA (professeur émérite, Conservatoire National des Arts et Métiers)

Programme

 

École d’Été d’Économie Numérique

Publié le 17 janvier 2018

A l’origine de sa première édition, la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques soutient tous les ans l’Ecole d’Eté d’Économie Numérique. La 5ème édition  se tiendra les 28 et 29 juin 2018 à la Faculté d’Économie de Montpellier (Université de Montpellier).  Comme tous les ans, chercheur.e.s et doctorant.e.s sont invité.e.s à transmettre leurs propositions (eco-numerique@umontpellier.fr). Les échéances sont les suivantes :
– 28 février 2018 : titres et résumés des papiers proposés.
– 18 mai 2018 : papiers complets pour envoi aux rapporteurs.

Plus de détail dans l’appel à communications.

10e Conférence sur l’Économie du numérique

Publié le 30 novembre 2017

La Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques organise sa 10e Conférence sur l’Économie du numérique. Cette conférence se tiendra à Paris, les 6 et 7 avril 2018, dans les locaux de Télécom-ParisTech.

Keynote Speakers: – Neil GANDAL (Tel Aviv University) & Markus REISINGER (Frankfurt School of Finance & Management)

Centre d’intérêt :

Télécommunications – Internet et Informatique – Régulation et Politique de Concurrence sur les marchés du numérique –  Droits de propriété intellectuelle – Productivité et croissance dans les TIC – Innovation – Normalisation – Internet et la Recherche – Neutralité du Net – Marchés bi-faces – Le numérique et les marchés des Médias – Numérique et publicité –  Protection de la vie privée – Protection des données personnelles – E-commerce – TIC et marketing – Réseaux et Prix.

Soumission des papiers

La date limite pour la soumission d’un article est fixée au 15 janvier 2018. Ils doivent être transmis au format PDF à econict@telecom-paristech.fr. Les notifications d’acceptation seront envoyées fin janvier 2018.

Participation à la conférence

Aucun frais d’inscription n’est demandé pour cette conférence. La Chaire « Innovation & Régulation des Services Numériques prendra en charge les frais d’hébergement des chercheurs qui présenteront ou présenteront un article. Les frais de transport pourront éventuellement être remboursés au cas par cas sur demande.

Lieu de la Conférence: Telecom ParisTech, Paris, 46 rue Barrault, 75013 Paris

Email: econict@telecom-paristech.fr

Comité d’organisation: Marc BOURREAU – Lukasz GRZYBOWSKI – Vicente LAGOS – Ulrich LAITENBERGER – Christine ZULEHNER

La 5G : réseau(x) du futur

Paris

Le 26 September 2017

La Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques a organisé, le 26 septembre dernier, à Paris,une conférence sur la 5G.

Au cours de cette conférence, nus avons accueilli Marceau Coupechoux (Maître de Conférence à Télécom ParisTech), et Alain Sibille (Professeur à Telecom ParisTech), Jean-Louis Rougier et Philippe Martins (professeurs à Télécom ParisTech), Eric Hardouin (Orange) et Alain Servel (PSA), Gérard Pogorel (Professeur Emérite à Télécom ParisTech), Marc Bourreau (Professeur d’économie à Télécom ParisTech) et Frédéric Pujol (Idate Digiworld).

La conférence a été conclue par une table ronde réunissant Bernard Barani (Commission Européenne), Jacques Stern ( Membre du Collège de L’ARCEP), Gilles Brégant (Directeur Général de l’ANFR) et Jean-Pierre Bienaimé, Secrétaire Général du 5GPP ).

Les présentations sont disponibles ci-dessous :

 

Workshop doctoral en Économie numérique

Publié le 17 octobre 2017

L’AFREN (Association Française de Recherche en Économie Numérique) a organisé, avec le soutien de la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques, un nouveau workshop doctoral en économie numérique qui s’est tenu le lundi 16 octobre 2017.

Pour plus d’information

9e Conférence sur l’Économie des Technologies de l’Information et des Communications

Paris

Du 31 March 2017 au 1 April 2017

La 9e conférence sur l’Économie des Technologies de l’Information et des Communications, a été organisée par la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques, à Paris, les 31 mars et 1er avril 2017 dernier.

Volker Nocke (UCLA and University of Mannheim) and Frank Verboven (University of Leuven) sont les “keynote speakers”.

Voici le programme complet de cette conférence.

4e École d’Été d’Économie Numérique

Paris

Du 3 July 2017 au 4 July 2017

La Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques a soutenu à nouveau l’organisation de l’École d’Été d’Éconmie Numérique.

Cette 4e édition a été organisée par l’Université Paris-Sud et s’est tenue les 3 et 4 juillet 2017.

Les organisateurs de cette édition sont : Grazia Cecere, Fabrice Le Guel, Matthieu Manant, Alain Rallet, Fabrice Rochelandet et Nicolas Soulié.

Les éditions précédentes avaient été organisées :The previous editions were organized :

– à Nice, par le CREDEG et l’Université Nice Sophia Antipolis les 30 et 31 mai 2016. Programme Ecole d’été 2016

– à Rennes, par la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques, avec l’Université Rennes 1, les 6 et 7 juillet 2015, Programme Ecole d’été 2015

– à Paris, par la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques, les 7 et 8 juillet 2014. Programme école d’été – 2014

The next Summer programme will take place in Monpellier

Musique : fin de la révolution numérique ?

Paris

Le 28 September 2016
La Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques , a organisé, le 28 septembre dernier, une conférence sur l’industrie de la musique et le numérique.

Le secteur industriel de la musique enregistrée, au cœur du développement de l’économie de la musique, a été l’un des premiers et des plus affectés par la révolution numérique. Qu’en est-il plus de quinze ans après les premières offres intégrées de musique numérique ? Le secteur a t-il franchi le pic de recomposition de la valeur ? Les nouveaux entrants sur le segment de la distribution ont-ils réussi à former des modèles d’affaires soutenables – pour eux-mêmes et pour la filière ? Les déplacements de valeur se sont-ils stabilisés ?

C’est à ces questions notamment que cette conférence a été dédiée. Associant économistes des industries culturelles, du numérique et de l’innovation d’un côté, et acteurs de la filière de l’autre, elle entendait faire un point sur l’hypothèse de la « fin de la révolution numérique ».

Ont participé : Hervé Glevarec, Directeur de Recherche CNRS, Dominique Sagot-Duvaroux, Professeur d’économie, Université d’Angers,  François Moreau, Professeur d’économie, Université Paris 13, Dr Florian Drücke, Bundesverbandes Miskindustrie, Maurice Ronai, Directeur de recherche EHESS, Membre de la CNIL, Anthony Belliot, Universal Music, Emily Gonneau, Nuägency, MyOpenTickets, Bruno Lion, Directeur général Peermusic, David El Sayegh, Secrétaire général de la Sacem, Marc Schwartz, Conseiller Maître à la Cour des Comptes.

Voir le programme.

Les plateformes numériques : transformation des écosystèmes, stratégies et management des firmes

Paris

Le 1 June 2016

Le 1er juin 2016, la Chaire Innovation & Régulation des Services Numérique organisait sa troisième conférence sur les plateformes numériques. Les deux premières avaient été dédiées, pour l’une, aux principes économiques qui président à leur développement, pour l’autre, aux questions de régulation que ce développement soulève. Cette troisième rencontre a été consacrée à l’activité économique proprement dite des dites plateformes, aux transformations des écosystèmes qu’elles génèrent, aux stratégies et au management des firmes pour s’y adapter.

Pour traiter de cette question, nous avons reçu Rémi Maniak, Professeur à l’Ecole Polytechnique, Mounir Mahjoubi, fondateur de “La Ruche qui dit Oui” et nouveau Président du Conseil National du Numérique, Yves Weisselberger, fondateur de Snapcar, Yves Tyrode, Directeur Digital et Communication à la SNCF, et Vivek Badrinath, DGA, Accor Hotels.

Vous pouvez retrouver le compte-rendu détaillé de cette conférence.

The disruption dilemma

Publié le 1 juillet 2016

Le 28 juin 2016, Joshua Gans, Professeur d’économie à l’université de Toronto a présenté son nouveau livre, “The Disruption Dilemma” dans le cadre d’une conférence organisée par la Chaire Innovation & Régulation et la cabinet Hogan Lovells.

L’intervention de Joshua Gans a été suivie d’une table ronde animée par Nicolas Curien, Membre du Collège du CSA, Marc Bourreau, Professeur d’Économie à Télécom ParisTech, et Eric Paroche, avocat associé à Hogan Lovells.

Le conférence a visé à examiner le concept de « disruption » sous l’angle de l’économie, de la régulation et du droit de la concurrence.

Économie des Industries de Réseau

Publié le 14 mai 2016

La Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques à organisé, le 13 mai 2016, un atelier d’une journée sur l’économie des Industries de réseau.

Voir le Programme

Prof. Dr. Christine Zulehner, Professeur titulaire de la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques.

Publié le 2 mai 2016

A partir du 1er mai 2016, nous sommes heureux d’accueillir Christine Zulehner en qualité de Professeure titulaire de la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques, succédant ainsi à Frank Verboven.

Christine Zulehner est Professeure au Département d’Économie de l’Université de Vienne (Autriche) et chercheure à l’ Austrian Institute of Economic Research.

Dans le cadre du programme de recherche de la Chaire, Christine prévoit de développer la recherche sur :

– l’estimation de la demande et les tarifs de services et terminaux mobiles

– la définition des marchés dans l’industrie des télécommunications, avec les implications en matière de politique de concurrence.

Le Forum de l’entreprise numérique

Publié le 20 novembre 2015

Le 18 Novembre dernier s’est tenu à Paris, le Forum de l’Entreprise Numérique. La Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques a organisé et animé la session “Recherche” dans laquelle ont été proposées quatre présentations :

– Le numérique au coeur des enjeux de performances économiques et énergétiques des entreprises. Philippe Haik, Selim Nahle et François Saidi. ECE Paris.

Les véhicules électriques connectés : opportunités et contraintes. Yannick Perez. Université Paris Sud et Chaire Armand Peugeot.

Perspectives sur la stratégie IT des organisations à l’heure du Cloud Computing. Sébastien Tran ISC Paris, Université Paris-Dauphine et Emmanuel Bertin, Orange labs.

Le travail invisible des données. Jérôme Denis. Telecom ParisTech.

Culture et médias au défi de l’attention

Publié le 7 octobre 2015

La Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques a organisé, avec le Pôle Medias de HEC Montreal, le 21 septembre 2015, une conférence sur « l’économie de l’attention ».

L’abondance des services numériques et la globalisation de la concurrence en particulier en matière culturelle renouvelle la question de l’attention et de sa captation.  Dans l’environnement numérique cette question de l’attention a pris au cours des années récentes  une place croissante dans la compréhension des mutations de l’économie des médias comme de la culture.

Des « technologies de l’attention » se sont se déployées, qui vont des neurosciences, à la psychologie attentionnelle, du neuromarketing à l’algorithmie, accompagnées par le renouveau de l’appareil de mesure de l’audience, des publics, des usages, des mémoires, etc. A chaque fois, les dimensions économique et marketing sont prévalentes tant l’attention apparaît au cœur de la valeur d’une économie principalement financée par la publicité auxquelles les médias bien sûr, mais aussi la culture n’échappent pas.

Programme

Retrouvez les présentations de :

Thierry Baccino, Directeur scientifique du Laboratoire des usages en technologies de l’information Numériques (LUTIN),

Sylvain Senecal, Co-directeur, Professeur, Département du marketing, Tech3Lab,

Kevin Mellet, Economiste, Orange Labs,

Thomas Beauvisage, Orange Labs,

Philippe Tassi, Directeur général adjoint chez Mediametrie-eStat,

Dominique Boullier, Professeur, Directeur du MediaLab, Sciences Po,

Eric Scherer, France Télévisions,

Alain Le Diberder, Directeur des programmes, ARTE.

8e conférence sur l’Économie des Technologie de l’Information et de la Communication

Publié le 5 octobre 2015

La 8e conférence sur l’Économie des Technologies de l’Information et de la Communication organisée par la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques s’est déroulée à Paris, dans les locaux de Télécom ParisTech, les 2 et 3 octobre 2015. Cette conférence internationale a rassemblé les chercheurs impliqués dans ce domaine, et des travaux académiques tant théoriques qu’empiriques ou traitant des politiques économiques et réglementaires, y ont été présentés.

Tommaso Valetti (Imperial College London) et Matthijs Wildenbeest (Kelley School of Business) seront “keynote speakers”.

Voir le Programme

La régulation des plateformes numériques

Paris

Le 7 April 2015

Après avoir proposé une première conférence en octobre 2014, sur l’économie des plateformes numériques, la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques, a organisé une seconde conférence dédiée aux questions de régulation de ces plateformes. Deux exemples concrets de plateformes numériques sur le marché des jeux vidéo d’une part et sur la distribution des produits de parapharmacie d’autre part, ont permis d’illustrer le débat qui a suivi entre les régulateurs les plus concernés : l’Autorité de la Concurrence, l’ARCEP, le CSA et la CNIL.

Ainsi, nous avons pu écouter Cédric O’Neill, fondateur de « 1001 pharmacies.com » et Pierre Forest, fondateur de Metaboli, Marc Lebourges, Orange, Président du Groupe de Travail « Competition Policy » de l’ETNO, avant de bénéficier des présentations et du débat entre les Autorités de régulation représentées au plus haut niveau : Bruno Lasserre, Président de l’Autorité de la Concurrence, Sébastien Soriano, Président de l’ARCEP, Nicolas Curien, Membre du CSA et Edouard Geffray, Secrétaire Général de la CNIL.

Nous vous proposons de retrouver ici un compte-rendu détaillé de l’intégralité des présentations et des débats intervenus lors de cette conférence.

Économie des plateformes numériques

Paris

Le 23 October 2014

La Chaire Innovation & Regulation des services Numériques a organisé  le 23 octobre 2014 une conférence consacrée à « l’économie des plateformes ».

L’économie des plates-formes et leurs régulations occupent aujourd’hui, dans bien des domaines, le devant de la scène : extension des marchés, domination de marchés, déploiement d’innovations,  fiscalité, acquisitions, protection des données personnelles, diffusion du modèle dans les processus, industriels, etc.

La numérisation de l’économie, déployée des services aux processus industriels, s’effectue donc à travers un modèle économique et technique devenu dominant : l’économie de « plates-formes ». Il a d’abord été rendu visible dans le secteur de l’économie des contenus, celui de l’attention et de la gratuité, mais il est aussi présent dans le domaine des activités de distribution, de paiement, ou encore celui des places de marchés.

Cette conférence a réuni : Marc Bourreau, Télécom ParisTech, Thierry Pénard, Université Rennes 1, Fabrice Rochelandet, Université Paris-Sorbonne Nouvelle, Marie-Anne Frison-Roche, Professeure des Universités, ScincesPo Paris, Nathalie Sonnac, Université Paris Panthéon-Assas, Thierry Rayna, Novensia Business School,Paris, Alain Strowell, Université Saint-Louis, Bruxelles, Benoît Thieulin, Conseil National du Numérique, Laurent Cytermann, Conseil d’État.

Voir le programme complet.

Avant de revenir au début 2015, sur les questions plus particulières de régulation, la Chaire a consacré une première journée à ce thème, pour comprendre l’évolution de cette économie des plateformes et comprendre les bases de nouvelles formes de régulation.

Analyse économique des données personnelles

Paris

Le 16 June 2014

La Chaire « Innovation & régulation des Services Numériques » a organisé le 16 juin dernier, à Paris, une conférence sur « l’Analyse économique des données personnelles ».

Programme détaillé

Cette conférence nous a permis d’accueillir : Alessandro Acquisti, Professor of Information Technology and Public Policy, Carnegie Mellon University, Frederico Etro, Université de Venise, Paul Seabright, Toulouse School of Economics, Claire Levallois, Telecom ParisTech, Chaire « Valeurs et politiques des informations personnelles », Nicolas Dubois, Commission Européenne, Direction générale Justice, Giacomo Luchetta, Centre for European Policy Studies, Patrick Waelbroeck, Télécom ParisTech, Chaire « Valeurs et politiques des informations personnelles », Alain Rallet, Professor Emeritus, Université Paris-Sud, Winston Maxwell, Hogan Lovells LLP Paris, François Carlier, CLCV, Nicolas de Cordes, Orange, Celia Zolynski, Versailles Saint-Quentin University

Innovation & Régulation 2.0

Publié le 2 juin 2014

Nicolas Curien, chercheur associé à la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques, propose une réflexion sur “Innovation & Régulation 2.0″ dans un article à paraître très prochainement dans les cahiers de l’ARCEP. Il y expose sa vison d’une “régulation ouverte” qui, tout comme “l’innovation ouverte”, essaime au-delà de l’enceinte du régulateur et secrète une “méta-régulation” dont le but est d’animer le marché plutôt que de le gendarmer.

Nicolas Curien, Innovation & Régulation 2.0. Cahiers de l’ARCEP, juin 2014.

Médias et francophonie : modèles d’affaires et nouveaux publics

Publié le 7 mai 2014

La Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques s’est associée au colloque « Médias et francophonie : modèles d’affaires et nouveaux publics » organisé par HEC Montréal le 8 octobre 2014. Ce colloque a tenu à rassembler autant les acteurs de l’industrie des médias directement concernés par les défis et problématiques auxquels ils sont confrontés, que les experts et chercheurs académiques intéressés par les enjeux de convergence, de transformation organisationnelle et de modèles d’affaires émergents dans le secteur des médias. Ainsi, experts internationaux, chercheurs et universitaires, dirigeants et professionnels du monde des médias ont une occasion unique de croiser leurs regards, de confronter leurs expériences et d’exposer leurs recherches sur des enjeux communs. Finalement, ces enjeux ont été tout particulièrement traités sous l’angle des nouveaux publics francophones.

Tirer parti des évolutions technologiques : le rôle des modèles d’affaires et des écosystèmes

Publié le 25 mars 2014

Conjointement avec l’University College London et le Centre de recherche en Gestion (CRG) de l’Ecole polytechnique, la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques a organisé à Londres, le 19 mars dernier, un atelier de recherche sur le rôle des modèles d’affaires et des écosystème avec l’évolution technologique comme point d’appui. L’objectif de cet atelier de recherche était d’identifier et de promouvoir de nouvelles approches sur la question traditionnelle des relations entre les parties prenantes au sein un secteur industriel donné: quel rôle des nouveaux modes de gouvernance, des nouvelles façons de penser la coopération et le partage des compétences et le rôle de l’innovation dans l’animation et la transformation de partenariat traditionnel et les processus créatifs.

Des universitaires britanniques et français ont débattu de ces questions.

Voir le programme de l’atelier et un résumé des interventions.

La gouvernance des robots

 

Publié le 26 février 2014

La recherche et l’innovation sur la robotique et les systèmes autonomes ouvrent les débats dans des secteurs aussi variés que les transports, la santé, la défense et la sécurité, l’assistance personnelle, l’information, etc… Philosophie, anthropologie, sociologie, droit… sont des disciplines naturellement convoquées à cette réflexion partagée sur les enjeux de régulation soulevés par la robotique et les réseaux numériques.

La chaire Innovation & Régulation des Services Numériques a organisé, le 25 février 2014, un séminaire de recherche destiné à constituer un programme de travail et de recherche associant chercheurs et industriels sur l’innovation et la régulation de ces domaines.

Jean-Michel BESNIER, professeur de philosophie, Université Paris IV – Sorbonne,  David FILLIAT, professeur, ENSTA Paris Tech, Marie-Anne FRISON-ROCHE, professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, Alexei GRINBAUM, checheur au laboratoire LARSIM, CEA-Saclay, Stéphanie LACOUR, chercheur au CNRS, Centre d’Etudes sur la Coopération Juridique Internationale (Cecoji) (CNRS/Université de Poitiers), Marina MAESTRUTTI, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, ont présenté leur point de vue et animé ce travail pluridisciplinaire.

Organisation et Management des entreprises numériques

Du 4 February 2014 au 5 February 2014

La Chaire Innovation & Regulation et la Chaire “Ingénierie des Systèmes Complexes” de l’Ecole Polytechnique, a organisé, les 4 et 5 févier 2014, une conférence et des “tutorials”  sur l’organisation et le management des entreprises numériques.

La Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques avait déjà pris part à l’organisation, les 12 et 13 février 2013, de la 1ère conférence internationale sur l’entreprise numérique : “Digital Entreprise Design & Management”.

7e Conférence ICT sur l’Économie des Technologies de l’Information et de la Communication

Du 24 January 2014 au 25 January 2014

Organisée par la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques, à Telecom ParisTech, cette conférence internationale a rassemblé, sur deux jours, des chercheurs en économie des technologies de l’information et de la communication. Des travaux tant empiriques que théoriques ainsi que des articles sur la politique économique ont été présentés notamment sur les moteurs de recherche et l’Internet, les marchés bi-face, les médias, la neutralité du Net, le large bande, les télécoms et l’Internet.

Comité d’organisation : Marc BOURREAU – Lukasz GRZYBOWSKI – Frank VERBOVEN

Voir le programme et les présentations de la conférence

Mutations des écosystèmes des jeux vidéo

Le 4 December 2013

La Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques a organisé, le 4 décembre 2013, en liaison avec Mosaic-Pôle Innovation et créativité d’HEC Montréal, une journée de conférence sur « la mutation des écosystèmes du jeu vidéo ».

Philippe Chantepie, Inspection Générale du ministère de la Culture et de la Communication et Chercheur Associé à la Chaire IRSN, a accueilli des représentants des mondes académique, professionnel et institutionnel pour analyser les mutations des modèles d’affaires du secteur des jeux vidéo  ainsi que la création de valeur par les acteurs : clusters et associations. Voir le programme et le compte rendu des présentations et débats

Les présentations suivantes sont disponibles :

Laurent Michaud : Business models and  trends in the evolving market for video games.

Jean-Paul Simon : Business models in (re)construction

Peter Zackariasonn : On Creativity and Business models in the Video Game Industry

Joe Cox : An empircal analysis of blockbuster video games

Giudetta de Prato : The European ICT poles of excellence

Philippe BAUMARD, lauréat du concours national d’innovation OSEO 2013

Publié le 11 août 2013

Nous avons le plaisir d’annoncer que le Professeur Philippe Baumard, qui fait partie de notre équipe de la Chaire Innovation et Régulation des Services Numériques, spécialiste des questions de cybersécurité, est lauréat du concours national d’innovation OSEO 2013 dans la catégorie CREADEV avec son projet technologique Akheros.

Akheros est un développement logiciel de Cyber-Sécurité fondé sur l’apprentissage continuel et résidant de la congruité — ou incongruité — comportementale des interactions machine-à-machine dans un réseau informatique. L’algorithme distribué d’Akheros construit des modules d’apprentissage par réseaux bayésiens qui apprennent comment les éléments d’un réseau se comportent les uns par rapport aux autres, pour détecter de façon autonome, sans la nécessité d’une intervention ou d’une expertise humaine, un comportement incongru d’un composant afin de prévenir des attaques ou des dysfonctionnements pouvant mener détournement de tout ou partie d’un système. Le concept cœur d’Akheros est la constitution d’une intelligence comportementale autonome d’un réseau permettant son auto-défense à partir de son propre apprentissage endogène. Il répond notamment au problème des attaques en intrusions avancées et persistantes (APT : « Advanced Persistent Threats »). Akheros est développé au sein de l’incubateur public Agoranov.

Cyber-sécurité, cyber-défense et maintien de la paix

Le 14 June 2013

Philippe Baumard (Professeur, Université Aix-Marseille et Chaire  Innovation et Regulation des Services Numériques) vous invite à participer à la conférence organisée avec l’Université d’Etat Lomonosov de Moscou sur “Cyber-security and cyber-peacekeeping – French and Russian perspectives

A.A.Streltsov, directeur adjoint, Institute of Information Security Issues, Lomonosov Moscow State  University, P.L.Pilugin, Directeur, Russian Institute Center of Internet monitoring, Frédérick Douzet, Chaire Castex IHEDN, Andrey Kulpin, IISI, LMSU, Eric Freyssinet, responsable du pôle judiciaire de la Gendarmerie Nationale, et F.B Huygue, IRIS, présenteront leur vues sur la cyber-sécurité et la cyber-défense.

Voir le programme complet.

Radio & Numérique : stabilité, mutations ou nouvel âge ?

Le 6 June 2013

La Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques a organisé, le 6 juin 2013, une conférence sur “Radio & Numérique : stabilité, mutations ou nouvel âge ?” Académiques et professionnels, accueillis pas Philippe Chantepie et Sylvain Lafrance, ont débattu de tous les impacts de la numérisation sur l’écosystème des stations de radio. Programme de la Conférence.

Presentations disponibles et résumé complet

Le numérique et l’écosystème de la radio, Frédéric Antoine, Professeur, Faculté des sciences économiques, sociales, politiques et de communication, UCL, Louvain

Development of digital radio broadcasting in Europe, Ala-FossiMarko,Professor, University of Tampere, Finland. School of Communication, Media and Theatre.

Nouveaux modèles économiques et innovation radiophonique, • AlbinoPedroia, consultant, fondateur de LabRadio et Ondes numériques

Frank Verboven, Professeur Titulaire de la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques

Publié le 11 janvier 2013

Depuis le 1er octobre 2012, Franck Verboven a succédé à Tommaso Valletti en qualité de Professeur Titulaire de la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques. Pour marquer cette passation de fonction, Frank et Tommaso ont présenté leurs travaux lors d’une conférence organisée le 10 janvier 2013.

Tommaso a fait un bilan de ses projets de recherche conduits dans le cadre de la Chaire : net neutralité et diffusion du haut débit. De son côté, Frank a traité de définition de marché et dessiné quelques perspectives de recherche.

Cyber-sécurité : Innovation, régulation et évolutions stratégiques

 

Le 21 November 2012

La Chaire Innovation et Régulation a organisé, le 21 novembre 2012, un atelier de recherche sur la Cyber-sécurité : Innovation, régulation et évolutions stratégiques.

Philippe Baumard (Ecole Polytechnique, Chaire Innovation & Régulation) a introduit les travaux et acceuilli :

Dr. JP Macintosh, Director of Programs, UCL Institute for Security and Resilience Studies

Dr. Chris C. Demchak, Professor, Strategic Research, NWC Center for Cyber conflict studies

Amiral Arnaud Coustillère, Officier Général Cyber-Defense, Etat-Major des Armées

Jean-Luc Moliner, Senior Vice President, Security, France Telecom-Orange

Cédric Blancher, Senior Cyber-Security Expert, EADS Group

John Mallery, Research Scientist, MIT Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory.

Programme détaillé

Compte-rendu de la conférence

Internet des objets

Le 26 September 2012

La Chaire Innovation et Régulation des Services Numériques a organisé, le 26 septembre 2012 dernier, une conférence sur l’Internet des Objets. Elle a réuni universitaires et professionnels et abordé autant les développements en cours que les aspects légaux et de normalisation.

Programme de la conférence et présentations

La Conférence était également associée à la publication d’un numéro de la revue Communication & Strategies dans lequel sont publiés certaines des présentations :

Eric Barbry, The Internet of Things, Legal aspects.

Jérôme Couturier, Davide Sola, Giovanni Scarso Borioli, Cristina Raiciu, How can the Internet of Things help to overcome current healthcare Challenges.

Antonio Manzalini, Roberto Minerva, Vânia Gonçalves, Halos Networks : A competitive way to Internet of-with things.

Gilles Privat, Extending the Internet of Things

 

Économie comportementale et politiques de régulation

Le 13 June 2012

Le dernier évènement proposé par la Chaire le 13 juin dernier, a porté sur les développements récents en économie comportementale : comment ce domaine de recherche peut s’appliquer de façon fructueuse pour la conception de politique de régulation. Paul Heidhues, Professeur au sein de l’EMST (European School of Management and Technology) depuis septembre 2010 et Titulaire de la Chaire Lufthansa “Concurrence et Régulation”, a présenté ses travaux. La présentation de Paul Heidhues était structurée en deux parties : dans un première partie générale, il a présenté les travaux qu’il a effectués pour des régulateurs ou des autorités de concurrence en Europe, en montrant comment la prise en compte des biais comportementaux des individus peut permettre de mettre en place des régulations plus efficaces; dans une seconde partie, il a parlé de façon plus spécifique de ses travaux de recherche récents.

Distribution numérique : la distribution multicanal

Publié le 27 avril 2012

Après la conférence qu’il a organisée en novembre 2011 dans le cadre des travaux de la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques, Gerald Lang propose un « position paper » sur la distribution multicanal.

Comment les détaillants adoptent-ils les développements technologiques récents liés à l’internet et au e-commerce ainsi que l’évolution des attentes de leurs clients vers la vente au détail multicanal ? Les développements technologiques obligent les détaillants à adapter leurs structures opérationnelles, leurs ressources et leur savoir-faire en termes de gestion de la relation client, de logistique, de gestion de la chaîne d’approvisionnement, etc. De plus, les modèles économiques divergent sur les différents canaux et doivent être alignés, les questions réglementaires sur les différents canaux doivent être intégrés.

« position paper ».

Perspectives de la presse numérique

Le 13 December 2011

La Chaire Innovation & Régulation des services Numériques a organisé, avec le Labex ICCA et le GIS Culture-Média & Numérique, une journée de conférence le mardi 13 décembre 2011 sur les “Perspectives de la presse numérique”.

Cette journée a été l’occasion d’un dialogue entre professionnels et chercheurs sur les évolutions, les modèles économiques qui se dessinent et qui entrainent une révision des métiers, des contenus et des attentes des lecteurs.

Retrouvez les présentations de Andra Leurdijk et de Jean-Marie Charon

La distribution à l’ère du numérique

Le 3 November 2011

Retrouvez les présentations proposées lors de la conférence organisée par la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques le 3 novembre 2011 sur “ La distribution multi-canal : ventes en magasin et vente en ligne.  Le management des différents canaux de distribution et leurs modèles d’affaires respectifs“.

Sont notamment intervenus dans ce séminaire :

– Gerrit Heinemann (Professor, Hochschule Niederrhein, Germany, Director of the eWeb Research Center)
– François Momboisse (FNAC, président de la FEVAD)
– Guy Gras (Yves Rocher, président de la Fédération Française de la Franchise)
– Gérard Cliquet  (Professeur, Université de Rennes)
– Julien Morel (Nespresso France, Directeur des Opérations)
– Pierre-Jean Benghozi (Directeur du pôle de recherche en économie et gestion de l’Ecole polytechnique, Responsable de la Chaire Innovation & Régulation à l’École Polytechnique) – Gerald Lang (Professeur, BEM Bordeaux Management School, Chercheur Associé à l’École polytechnique).

Conférence sur l’Économie des Technologies de l’Information et de la Communication

Du 30 September 2011 au 1 October 2011

Retrouvez les présentations proposées lors de la Conférence internationale organisée par la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques lors de la Conférence, à Paris, les 30 septembre et 1er Octobre 2011 , sur l’Économie des Technologies de l’Information et de la Communication.

Cette conférence, au cours de laquelle des travaux tant empiriques que théoriques ont été présentés, a rassemblé des chercheurs en économie des technologies de l’information et de la communication au cours de laquelle des travaux tant empiriques que théoriques ont été présentés.

La conférence a acceuilli en Keynote speakers: Alessandro Acquisti (Carnegie Mellon) et Luis Cabral (New York University and IESE).

L’écosystème évolutif des logiciels de jeux vidéo

Le 13 September 2011

La Chaire « Innovation et Régulation des Services Numériques” a accueilli, le 13 septembre 2011, à Paris, les experts de l’Institute for Prospective Technological Studies, un des sept instituts du Joint Research Center de la Commission Européenne, pour une conférence sur l’Industrie des jeux vidéo. Jean-Paul Simon, Giuditta de Prato et Claudio Feijoo présenteront leurs travaux sur l’Ecosystème des logiciels de jeux vidéo.

Voir les présentations :

– Jean-Paul Simon : “The economics of the video games industry

– Giuditta de Prato : “Updating Business Models: Innovation through Online Games

– Claudio Feijo : “GamingMobile Gaming : An overview of the ecosystem

Cette conférence a été suivie, le 14 septembre d’un atelier d’experts.

Voir les présentations :

Processus d’innovation Business Model dans l’industrie du jeu vidéo. Chahira MEHOUACHI, DRM, Université Paris-Dauphine ; Patrick COHENDET, Mosaic, HEC Montréal ; BETA, Université de Strasbourg, Pierre-Jean BENGHOZI, CRG, Ecole Polytechnique, CNRS

Effets de la convergence d’industries sur le choix stratégique associé à l’organisation du processus d’innovation : Le cas du jeu vidéo et du cinéma d’animation. Romain GANDIA, Enseignant Chercheur, Groupe ESC Chambéry.

Introduction au phénomène du Machinima du point de vues des économistes. Massimiliano GAMBARDELLA, EconomiX, Université de Paris Ouest – Nanterre La Défense.

Les jeux vidéo : une filière des industries culturelles ? Eléments de cadrage, hypothèses et perspectives de recherches. Lucien PERTICOZ , GRESEC – Université Stendhal Grenoble 3.

La technologie comme outil créatif : les enseignements du processus de création dans l’industrie du jeu vidéo. Patrick Lê-HEC Schoolof management,  David Massé-PREG-CRG Ecole polytechnique, Simon Berthet-Bondet -PREG-CRG Ecole polytechnique, Thomas Paris -HEC School of management/PREG-CRG Ecole polytechnique Innovation.

Techniques d’arnaques et régulations techniques dans un MMORPG aux enjeux de réputation limités.  Bruno VETEL, Telecom-ParisTech

L’innovation dans les industries de réseau : implications comptables, économiques et réglementaires.

Le 16 March 2011

Atelier organisé par la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques, à Paris, le 16 mars 2011

La journée d’études du 16 mars se donnait pour ambition de reconsidérer l’analyse économique traditionnelle des industries de réseau en les mettant en regard de contributions récentes des recherches en comptabilité et en économie du droit.

Le premier panel a été plus spécialement consacré à comprendre la place et le rôle des structures comptables dans les processus d’innovation de ces industries. Y. Biondi et P. Giannoccolo ont présenté un modèle heuristique visant à intégrer les phénomènes de complémentarité, de « coopétition », d’intangibilité de certaines ressources ; ils en ont dégagé quelques implications éventuelles pour la régulation concurrentielle. G. Marzo a prolongé cette perspective en mobilisant plus particulièrement les notions et méthodes comptables consacrées aux ressources intangibles liées à la connaissance et à l’innovation dans certaines conceptions de la firme telle que celle de la firme comme entité.  A. Arlandis et S. Ciriani ont ensuite montré l’intérêt d’une analyse par couche fonctionnelle (layer) de l’industrie des télécommunications ; ils soulignent l’attention spécifique à porter aux marges d’exploitation, aux investissements en R&D et innovation, ainsi qu’à la localisation et l’allocation géographiques des marges et investissements.

Le deuxième panel a été consacré à l’étude des dynamiques industrielles de coordination et d’innovation dans une perspective comparée entre France et Etats-Unis, du point de vue du régulateur et du juge. F. Marty a d’abord mis en regard les décisions des Autorités de la concurrence de ces pays dans le cadre de l’analyse des positions dominantes et de l’évaluation des marges de surprofit. T. Kirat a ensuite analysé les évaluations judiciaires en matière de coûts et de prix dans le cadre des litiges sur les marchés publics de ces pays.

Le troisième panel a été consacré à la discussion de quelques tendances émergentes dans l’industrie des télécommunications. F. Lirzin et S. Reiche ont élaboré trois scenarios envisageables pour les réseaux numériques en discutant leurs conséquences en termes de régulation économique et sociale ; ségrégation et intégration, organisation purement marchande, et accès libre et gratuit. R. Lilia et D. Flacher ont étudié la complexité tarifaire des offres existantes et rendu compte de ses implications pour le bien-être du consommateur et l’analyse concurrentielle ; ils en ont présenté une application empirique au cas tunisien.

Le quatrième et dernier panel a été consacré aux processus d’investissements innovants dans les industries de réseau. C. Müller a exposé une analyse internationale comparée des notions, méthodes et pratiques de la tarification incitative mobilisées au service de ces processus dans le secteur de l’énergie ; il s’est plus particulièrement attaché au cas allemand. M. Feizi a présenté un modèle théorique basé sur un jeu stratégique simultané (à la Nash) ou séquentiel (à la Stackelberg) entre Autorité régulatrice et entreprise régulée quant à cette tarification et à son évolution dans le temps.

Programme

Culture-médias et numérique : nouvelles questions de concurrence(s)

Le 8 February 2011

Le Groupement d’intérêt scientifique « Culture-Médias & Numérique », le Département des études, de la prospective et des statistiques (ministère de la Culture et de la Communication) et la Chaire « Innovation & Régulation des Services Numériques » (École Polytechnique, Télécom ParisTech et Orange) ont organisé les 5èmes Journées d’économie de la culture à Paris, au Centre Pompidou, le mardi 8 février 2011.

Cette nouvelle édition des Journées d’économie de la culture s’est intéressée à la manière dont la révolution numérique recompose les réglementations et régulations – en particulier les politiques de la concurrence – des secteurs, modèles d’affaires et marchés du domaine culturel et médiatique.

Programme

Résumé

Les présentations proposée lors de la Conférence sont disponibles :

Le numérique : enjeux des questions de concurrence.
Anne Perrot, Vice-Présidente de l’Autorité de la Concurrence

Quelles formes d’exclusivités pour les contenus audiovisuels ?
Pascal Wilhelm, avocat, cabinet Wilhelm & Associés

Marchés de plates-formes et intégration verticale
Xavier Wauthy, Facultés universitaires Saint-Louis, CORE, Université catholique de Louvain

Infomédiaires et éditeurs de contenu : entre coopération et concurrence
Franck Rebillard, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Les nouvelles intermédiations techniques: l’exemple des jeux vidéo
Jean Paul Simon, European Commission – Joint Research Centre Institute for Prospective Technological Studies – IPTS

Agrégation, référencement et infomédiation. La place des agrégateurs dans les nouveaux marchés : le cas de la vidéo
Laurent Sorbier, Directeur général de MySkreen

Convergence numérique et redéfinition des marchés pertinents : quel partage des rôles entre politiques de concurrence et régulation sectorielle ?
Frédéric MARTY CNRS –GREDEG (Université de Nice Sophia-Antipolis)

La pratique des autorités de concurrence face à la révolution numérique
Olivier SAUTEL (Microeconomix), Chercheur associé à l’OFCE

Mutations des réseaux et effets sur le marché des contenus.
Thierry Pénard, Université de Rennes 1, CREM, Marsouin

Voir les actes du colloque publiés dans le revue Concurrences,.n°3-2011

Les devoirs de diligence et de prudence des hébergeurs et fournisseurs d’accès à Internet

Le 30 November 2010

La Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques a accueilli, le 30 novembre 2010, Nico van Eijk, Professeur à l’Institute for Information Law (IvIR), Université d’Amsterdam.

Nico a traité des devoirs de diligence et de prudence des hébergeurs et fournisseurs d’accès à Internet.

Cette présentation s’appuie sur une étude commissionnée par le Centre de  documentation et recherche scientifique (WOCD) du ministère néerlandais de la  justice, sur les devoirs de diligence ou de prudence (‘duty of care‘) qui incombent aux fournisseurs d’accès à Internet (FAIs) et hébergeurs. La recherche a été dirigée par les professeurs Nico van Eijk (Institut pour le droit de l’information ? IviR) et Tom van Engers (Centre Leibniz pour le droit), deux centres de recherche de la faculté de droit de l’Université d’Amsterdam.

L’objectif de l’étude était d’éclairer le gouvernement sur les options possibles pour le développement futur d’obligations pour les FAIs/hébergeurs, et d’assister le Ministère de l’Economie et de la Justice dans les discussions avec les différents acteurs de l’industrie sur la sécurité de l’Internet

L’étude de droit comparé (Pays-Bas, France, Royaume-Uni et Allemagne) a été organisée autour de 5 thèmes (sécurité des réseaux et intégrité des systèmes; rôle des FAIs dans la protection du droit d’auteur; pédo-pornographie, fraude à l’identité et vente de biens volés sur des sites d’enchères) afin de comprendre le rôle des gouvernements et les fondements des approches choisies (régulation, auto-régulation, co-régulation ainsi que le rôle des technologies).

presentation de Nico van Eijk

Résumé de la recherche

Les stratégies des moteurs de recherche et de la publicité en ligne : leurs effets sur les consommateurs

Le 15 September 2010

Le 15 septembre 2010, la Chaire Innovation & Régulation a tenu une conférence sur le thème “Search and Web Advertising Strategies and Their Effects on Consumers”. La conférence qui s?est déroulée dans les locaux de Télécom ParisTech, et a proposé 7 présentations de la part de chercheurs en provenance des meilleurs centres d?expertises du monde dans ce domaine, couvrant les champs de l?économie, du marketing et de l?informatique.

Voir résumé de la conférence et présentations

La sécurité de l’Internet et la prévention des spams : le rôle des fournisseurs d’accès Internet dans la modération des réseaux de robots

Le 23 June 2010

Le 23 juin 2010, la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques a accueilli le Pr Michel J.G. van Eeten, Professeur d’Administration Publique à la School of Technology, Policy and Management, de l’Université de Technologi de Delft. Il a proposé une présentation sur le rôle des Fournisseurs d’Accès Internet dans la Sécurité de l’Internet.

Résumé

The role of Internet Service Providers in botnet mitigation: an empirical analysis besed on spam data
Paper presented by at seminar of the Chair Innovation and Regulation of Digital Services 23 June 2010

OECD Working paper : Economics of malware: security decisions, incentives and externalities. STI Working paper – 2008
Information and Communication Technologies Michel J.G. van Eeten and Johannes M. Bauer

Les modèles économiques de l’industrie du livre dans l’économie numérique

Le 15 June 2010

La Chaire Innovation et Régulation des Services Numérique a organisé, le 15 juin dernier, dans le cadre du GIS Culture-Médias & Numérique et en partenariat avec le CEPN-Université Paris 13, un séminaire sur “les modèles économiques du livre et le numérique” qui a réuni plus d’une centaine de personnes. Les présentations se sont attachées à explorer les modèles économiques avant de s’interroger sur la régulation à même d’accompagner l’évolution numérique.

S’il est possible de tirer les premiers enseignements des impacts de l’évolution numérique sur l’industrie de la musique (écroulement des ventes de CDs, renouveau des concerts, restructuration des majors, mais aussi multiplication de l’offre, domination des plateformes d’agrégation et de prescription, concurrence sur les modèles d’affaires), qu’en est-il de la filière Livre ? Le cas du livre et du texte pourrait être plus emblématique que celui de la musique et de la vidéo dans la mesure où l’évolution numérique permet d’enrichir le texte et de faire éclater les formats usuels, les plateformes devenant autant des plateformes de production que de diffusion.

Compte-rendu et présentations

Management et gouvernance des communautés en ligne

Du 26 May 2010 au 27 May 2010

Séminaire et Atelier d’experts – 26 & 27 Mai 2010

Pour l’inauguration de son nouveau cycle de séminaire, la Chaire a eu le plaisir d’inviter Bernardo Huberman, directeur du Social Computing Lab des laboratoires Hewlett Packard et Consulting Professor au département de physique appliquée de l’Université Stanford.

A cette occasion, le Pr. Huberman est intervenu les 26 et 27 mai, lors d’un séminaire centré sur ces travaux d’une part (voir présentation du Pr Huberman), en intervenant comme discutant dans le cadre d’un Expert workshop centré sur le management et la gouvernance des communautés en ligne d’autre part. A ces deux occasions, les débats ont été nourris des discussions soulevées et développées par Paul A. David, Professeur titulaire de la Chaire, Professeur émérite de l’Université de Stanford et Senior Fellow du Stanford Institute for Economic Policy Research.

Résumé des travaux

Modèles d’affaires innovants en économie numérique. Approches européennes et chinoises

Le 18 December 2009

Séminaire organisé le 18 décembre 2009, par la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques.

Programme et présentations

L’économie numérique est aujourd’hui à la recherche de nouveaux modèles d’affaires. De plus en plus fréquemment, les nouveaux services proposés le sont sans que la soutenabilité de leur exploitation soit assurée : les innovateurs sont à la recherche des formules qui permettront de mettre en face des coûts de production de ces services, des recettes que le marché accepte de générer.

Qui plus est, sur des activités en nombre croissant, différents modèles d’affaires sont souvent testés. Nous voyons surgir une concurrence entre ces modèles : la concurrence s’est déplacée des services vers les modèles d’affaires qui permettent de les rendre solvables. L’innovation concerne aujourd’hui autant les modèles d’affaires que les produits eux-mêmes. Il ne suffit plus d’innover en termes de produits, il faut également proposer la façon de commercialiser ce produit de façon à en rendre solvable le marché potentiel.

Le séminaire tenu en décembre a mis en évidence un certain nombre d’enseignements, notamment en comparant les analyses européennes à celles produites sur un marché de dimension incomparable comme l’est le marché chinois. Le séminaire confirme la mutation importante de l’économie des services introduite par l’ampleur de la plateforme que représente Internet. Cette plateforme est unique par le nombre d’internautes qu’elle permet d’atteindre, à condition de surmonter les contraintes de segmentation qui peuvent s’y manifester (linguistiques, culturelles…) et permet une économie renouvelée de l’offre de services bâtie non plus sur des économies d’échelle, mais sur des externalités puissantes (exemples des réseaux sociaux : Facebook, QQ,…).

Internet abaisse considérablement les barrières à l’entrée pour atteindre des masses de plus en plus importantes d’usagers ou de consommateurs, mais élève de façon corollaire les coûts de capture de leur attention : une recherche accrue de fréquentation de nature virale, recourant aux réseaux sociaux, se met alors en place. Capter l’attention devient de plus en plus précieux et coûteux. La recherche des lieux de fréquentation, online ou offline, où les passants disposent de temps disponible s’intensifie (aussi loin, par exemple que les temps d’attente devant les ascenseurs), tout comme la recherche de motifs de fréquentation et d’attention (expertise disponible, événements, etc.).

Le rôle de la gratuité dans les modèles d’affaires de l’économie numérique se développe : il est de plus en plus rare qu’un service de base ou une facette du marché ne soit pas fourni gratuitement, de façon à initialiser le marché ou assurer une fréquentation sur laquelle d’autres services pourront s’appuyer (par exemple, accès gratuit à des jeux et vente d’accessoires). Pour pouvoir monétiser cette fréquentation, différents outils s’avèrent désormais indispensables ; d’abord des outils de mesure de la fréquentation qu’Internet facilite techniquement mais dont la régulation posera sans doute question, d’autre part, des mécanismes de paiement (sur mobile ou sur Internet) sécurisés par des tiers de confiance, y compris pour le micro-paiement, doivent accompagner les nouveaux modèles d’affaires.

Enfin, la difficulté à trouver des modèles d’affaires soutenables que révèle l’analyse d’un certain nombre d’échecs, illustre la façon dont Internet impose d’une certaine façon son modèle à des pans de plus en plus larges de l’économie.

 

Atelier sur l’interopérabilité

Du 23 June 2009 au 24 June 2009

Pour l’utilisateur final, la question de l’interopérabilité en matière de technologie de l’information et de la communication (et plutôt celle de la non-interopérabilité, l’interopérabilité n’étant pas « visible » lorsqu’elle fonctionne bien)  est le plus souvent ressentie comme un obstacle technique à l’usage d’un produit ou d’un service. Cet obstacle est d’autant plus mal ressenti que dans un monde comme le monde Internet, l’interopérabilité se veut totale, permettant tous les échanges de contenus de toute nature.  Mais l’interopérabilité est une question à multiples dimensions : technique, bien sûr, (et celle-ci n’est peut-être pas toujours la plus difficile à résoudre), mais aussi économique, légale, politique, chacune de ces dimensions connaissant, de plus, des tensions internes. Ces tensions portent sur la protection de la propriété intellectuelle et la promotion de la concurrence, l’innovation sur les marchés amonts et la fragmentation sur les marchés avals, l’ouverture et l’efficacité/contrôle/sécurité, la flexibilité et la certitude, l’originalité et la standardisation.

Pour aborder toutes ces questions, la Chaire, avec l’International Journal of Communications Law and Policy (IJCLP) a organisé un séminaire les 23 et 24 juin 2009.

Presentations

Urs Gasser, Law Ewecutive Director, Berkman Center and St Gallen
ICT Interoperability and e-Innovation

Mario Carugi,  Vice President ITU, Senior Advisor Nortel
Some ITU-T standardization topics and related interoperability aspects

Nicolo Zingales, Berkeley University, Bocconi University
DRM Misuse

Jean-Pierre Témime, Deputy CTO, Orange Group
Fragmentation vs Interoperability

Mikko Valimaki, Professor, Helsinki University of Technology
How to license interoperability? A start-up perspective

Bruno Jullien, IDEI, Toulouse School of Economics
Monetizing Business Assets in Multisided Markets: An Economic Perspective

Philippe Baumard, PREG-CRG, Chaire Innovation & Regulation des Services Numériques
Service making vs Interoperability

Cecilio Madero-Villarejo, Director-DG Competition-European Commission
The Microsoft case

Carlo Piana, Lawyer
Interoperability, Open standards, free software after Microsoft

Mark Lange, Senior Officer Microsoft

Ashwin Vanrooijen, Clifford Chance
The So’ware Interface between Copyright and Competition Law. A Legal Analysis of Interoperability in Computer Programs

Laura DeNandis, Yale Information Society Project

Innovation « libre et distribuée »

Le 11 June 2009

Le PREG-CRG  a organisé, avec la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques, son 20ème séminaire sur l’innovation.

Paul David, Professeur titulaire, Chaire Innovation et Régulaton des Services Numériques-Ecole Polytechnique et Telecom ParisTech et Professor of Economics (Emeritus), Stanford University & Senior Fellow, Stanford Institute for Economic Policy Research a donné une conférence sur :

Open and distributed innovation: Developers’ motivations and stygmergic coordination in large Libre software projects.

B. Coriat était discussant

La régulation de l’Internet : des standards techniques aux normes sociales

Le 31 March 2009

Programme et les présentations.

Les relations entre les normes techniques et les normes comportementales et sociétales régissant l’utilisation d’Internet et d’autres installations de télécommunications en réseau sont extrêmement complexes. Ces deux modes de «régulation» peuvent être considérés à la fois comme des substituts et comme des compléments dans un sens statique. Cela est vrai également au sens dynamique, mais les normes techniques qui peuvent se substituer, à court terme, aux normes comportementales peuvent induire de nouvelles normes sociales institutionnalisées (ou transformer des normes préexistantes). A cet égard ces deux types de normes doivent être considérées comme complémentaires en termes de dynamique. Et ce n’est que le début de la complexité.

Les «normes» de toutes sortes possèdent certaines des propriétés que les économistes associent aux «biens publics purs», mais il convient de distinguer conceptuellement les normes techniques de référence, les normes techniques de sécurité et l’interopérabilité technique ou les normes dites «d’interface». Dans la pratique, la plupart des normes formelles (que ce soit de la forme réglementaire de jure ou des spécifications acceptées de facto par l’industrie) possèdent des éléments de plus d’un de ces trois types idéalisés. Bien que, dans chaque cas, leurs biens publics impliquent que l’on ne peut pas compter sur des marchés compétitifs pour fournir des normes efficaces, la forme de la «défaillance du marché» et l’inefficacité qui en résulte sont susceptibles d’être très différentes selon que la norme en question régit un système (ou sous-système) caractérisé par la présence d’effets d’externalité de réseau importants.

Dans ce dernier cas, qui s’applique en particulier aux normes d’interopérabilité (qu’elles soient techniques ou comportementales), le problème est que les processus de marché engendrent des retours dynamiques positifs aboutissant à des «réglementations» de facto socialement sous-optimales, d’abord d’un point de vue de l’efficacité technique et ensuite parce qu’ils peuvent entraver l’entrée future d’innovations technologiques et organisationnelles efficaces. La protection accordée par les droits de propriété intellectuelle pour des inventions intégrées dans des «normes» aggrave encore ce problème. En revanche, dans le cas des normes de sûreté et de sécurité et des normes de référence, la forme la plus probable d’échec du marché est celle d’une sous-production chronique de normes socialement souhaitables.

Par conséquent, une attention particulière doit être portée au contexte technique et social de la production des normes dans le cadre des politiques publiques et de l’action normative. À cet égard, il est heureux que le développement de l’économie des normes et de la normalisation au cours des 15 dernières années ait été marqué par un intérêt croissant pour la recherche empirique. Les résultats des recherches apparaissant dans la littérature académique ont mis en évidence la pertinence générale des effets d’externalité de réseau positifs qui, à la fin des années 1980 et au début des années 1990, ont fait l’objet d’explorations théoriques dans ce domaine émergent.

Le 31 mars 2009, la Chaire Innovation & Régulation des Services numériques et Vox Internet ont organisé un atelier de réflexion sur la standardisation de l’Internet. Une douzaine d’intervenants ont présenté leurs vues sur le processus de normalisation et ses conséquences économiques et sociales.

Producteurs et distributeurs : la régulation du commerce de détail peut-elle aider à une meilleure régulation de l’Internet ?

Le 2 February 2009

Programme et Présentations

Le numérique a modifié fondamentalement l’intermédiation du producteur au consommateur et de nombreux travaux aussi bien en économie qu’en gestion repensent la distribution aussi bien dans ses nouvelles formes (platforme, multi-sided…) que dans la manière d’en percevoir la régulation.

Les enjeux de l’intégration verticale, en particulier ses effets sur la concurrence n’est pas propre à internet, mais peut se retrouver dans le commerce, les transports ou les télécommunications. Le problème vient du fait que si la même entreprise dispose d’une part de marché dans la fourniture d’accès et dans la fourniture de contenu, elle peut utiliser son pouvoir de marché dans la fourniture d’accès pour restreindre la concurrence sur le marché des contenus.

La neutralité du net désigne ainsi le fait qu?Internet doit être disponible à tous sans discrimination de prix ou de qualité.  Les opposants à ce principe de la net neutralité au contraire défendent l’idée qu’une lutte contre les effets anticoncurrentiels ex post par les autorités de la concurrence serait suffisante et qu’il n?est nul besoin de redoubler le contrôle ex post d?une régulation ex ante interdisant la discrimination. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que le consommateur sait réagir à la discrimination (prix ou qualité) des opérateurs : il peut la contourner (en multipliant les points d’accès), mal renseigner l’information (se signaler comme un client peu cher) ou modifier ses comportements. Enfin, la net neutralité réduirait les incitations à l’innovation (le coût fixe des infrastructures étant moins rentable).

Le problème posé par la net neutralité n’est donc pas sans rappeler les enjeux de la relation verticale dans le commerce de détail. Le fournisseur d’accès serait alors le distributeur (ce qu’on appelle des fournisseurs d’accès à internet sont en réalité des distributeurs par opposition aux fournisseurs de contenu): il a accès au consommateur, et ce dernier supporte un coût fixe à changer de magasin, et le distributeur peut sélectionner les produits vendus ou les vendre à des prix variés. Si la distribution matérielle peut-être discriminante, pourquoi imposer alors la neutralité à Internet ?

Dès lors, les questions de cet axe sur la distribution s’articulent autour de différents thèmes, abordés lors d’un séminaire organisé par la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques le 2 février 2009 : “Producteurs et distributeur : la régulation du commerce de détail peut-elle aider à une meilleure régulation de l’Internet ?”

1)      Si l’on s’inspire des régulations des relations fournisseurs-distributeurs dans d?autres secteurs en particulier celui de la distribution, qu’est-ce qu?on peut conclure quant à son application au cas d’internet. En particulier, est-ce que les relations fournisseurs-distributeurs sur Internet ou sur réseau fermé (VoD, TV, etc) sont spécifiques et méritent dès lors une régulation spécifique ? Par exemple est-ce que le type de biens (biens culturels ou informationnels) mérite une régulation spécifique ? Est-ce que les coûts de lock in sont différents, etc.

2)      Plus fondamentalement, est-ce que cette métaphore des relations fournisseurs-distributeurs est la bonne pour comprendre les relations sur internet ? A titre d’exemple, on pourrait arguer du fait que le Peer to Peer ou les audiences dites actives ne cadrent pas dans un tel schéma vertical de relations fournisseurs-distributeurs-consommateurs.

3)      Comment caractériser, plus spécifiquement les formes de distribution qui émergent dans le numérique et quels  problèmes spécifiques posent-elles : fonctions d’agrégation et intégration, interopérabilité, gestion, des informations, délocalisation et contraintes nationales (TVA, régulations sectorielles telles que pharmaceutiques…), responsabilité (hébergeur/ opérateur…)

4)      Quels sont les enjeux propres au commerce en ligne ? Comment la régulation de ce commerce permet d?augmenter le niveau de concurrence entre les distributeurs traditionnels ?

La Chaire a également publié un “position paper” : Maya Bacache, La régulation des relations fournisseurs-distributeurs dans le commerce de détail en France

RFID et santé

Le 11 December 2008

Programme de l’atelier RFID et santé

La RFID n’est ni nouvelle techniquement (plus de 60 ans) ni nouvelle par ses applications industrielles (plus de 20 ans). Pourtant, la RFID n’a pas atteint le potentiel que tout le monde espère et promet depuis des années. Certes, les prototypes, les terrains d’expérimentations sont Programme de l’atelier RFID et santénombreux et variés avec des résultats forts prometteurs mais la phase de large déploiement, d’industrialisation n’est pas encore au rendez-vous.

Nous proposons de questionner à la fois les facteurs qui influencent la diffusion de cette technologie mais également les effets des solutions RFID sur les organisations et les chaînes de valeur. Lors d’un workshop organisé le 12 décembre 2008, le travail a été structuré autour de trois thématiques principales :

1.Régulation et gouvernance :

a.Enjeux techniques et normalisation.
b.Régulation : le rôle des institutions publiques (Etats, UE, FDA, etc.)
c.Atteintes à la vie privée et questions éthiques

2.Impacts sur les processus :

a.Dimension stratégique des projets
b.Logistique et design organisationnel
c.Marketing et innovation

3.Impact sur les chaines de valeurs : le cas du secteur de la santé

a.Comparaison entre situation européenne et américaine
b.Régulation du secteur c.Diminution des erreurs médicales et amélioration des soins
d.Risques, sûreté et responsabilité des acteurs de la filière
e.Maîtrise des coûts et rationalisation des processus

 

Innovation et Régulation dans les technologies de l’information et de la communication

Le 8 December 2008

La Chaire Innovation & Régulation a organisé le 11 décembre 2008, une conférence sur l’innovation et la régulation dans les TICs.

Cette conférence a accueilli :

Paul David, Professor of Economics (Emeritus), Stanford University, Emeritus Fellow of All Souls College, Oxford, et Professeur titulaire de la Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques,
Marshall van Alstyne, Associate Professorin the scool of management at Boston University and Visiting Professor at MIT,

et en video-conference :

Philippe Aghion, Professor of Economics, Harvard University,
Nicholas Economides, Professor of Economics at Stern School of Business, New York University,

Programme de la conférence et présentations :

– Brève introduction sur le programme de la Chaire et de la conférence : Alain Vallée, Paul David
Innovation, openness & platform control, Marshall van Alstyne,
– ICT services, innovation, and economic growth, Philippe Aghion,
Effects of non-neutrality and price discrimination in network services, Nicolas Economides
Networked digital technology diffusion in Europe’s public sector, Paul David
– Remarques de conclusions : Pierre-Jean Benghozi, Laurent Gille.

Infrastructures de télécommunications et développement économique

Du 16 October 2008 au 17 October 2008

Programme et présentations du séminaire d’octobre 2008.

Il y a plusieurs façons de considérer comment les infrastructures de télécommunications, y compris le Large Bande, impactent le développement économique. La première qui vient à l’esprit est la mesure de la compétitivité globale des pays mise en relation avec le développement des infrastructures. Les index mesurant cette compétitivité permettent de classer les différents pays. Mais si nous souhaitons mieux comprendre les effets des technologies de l’information et de la communication (TIC) sur la croissance économique et la productivité, nous devons prendre en compte le contexte plus large dans lequel les TIC sont déployées et les conditions dans lesquelles elles ont le plus efficacement contribué à cette croissance.

Les initiatives publiques et l’action des régulateurs ont une grande importance dans le déploiement des infrastructures de télécommunications, en développant une vision et une stratégie globale, en investissant dans les infrastructures ou en stimulant ces investissements, en promouvant le service universel et en proposant des services publics (santé, éducation,…) sous forme électronique.

Les investissements dans les infrastructures ont considérablement augmenté depuis les années 1990.  C’est en particulier le cas pour les réseaux mobiles qui prennent une place tout à fait particulière dans les pays en développement. Les études empiriques montrent également que la concurrence à eu un impact significatif sur le déploiement des réseaux.

La politique réglementaire, même si ces effets concrets sont contrastés d?un pays à l’autre compte-tenu des besoins et des contraintes spécifiques, est également d’une grande importance. Au-delà de la création même d’une instance indépendante de régulation, l’action de celle-ci pour développer une saine concurrence, permet de soutenir et crédibiliser les politiques gouvernementales en faveur de l’investissement privé.

Enfin, la compétitivité économique est inextricablement liée à l’innovation. Les pays connaissant les niveaux les plus élevés de compétitivité ont des économies pilotées par l’innovation et ces pays tendent à faire un usage important et extensif des TIC.

Dans la dernière décennie, les politiques de télécommunication ont indéniablement permis à une plus large population d’accéder aux services de télécommunications, en particulier à la téléphonie. Néanmoins, il reste que la « fracture numérique » à l’échelle planétaire demeure une réalité que l’apparition des nouvelles technologies ne doit pas élargir à nouveau, en particulier entre les zones rurales et les zones urbaines.

Pour faire le point sur cette question et contribuer au débat, la Chaire Innovation et Régulation des Services Numériques a organisé un séminaire à Paris les 16 et 17 octobre 2008, afin d’offrir une plateforme aux chercheurs, aux professionnels, aux régulateurs et responsables institutionnels pour débattre des dernières recherches en la matière.  Ce séminaire a réuni des représentants d’Amérique Latine, d’Afrique, des Etats-Unis et d’Europe, pour traiter du Large Bande et des performances économiques dans les pays développés, du développement des réseaux de téléphonie cellulaire dans les pays en développement, du rôle des marchés et des institutions dans le déploiement des infrastructures et le développement économique.

Dans ce cadre, la Chaire a commandité une publication spécifique au Dr. Lynne Holt et au Dr. Mark Jamison, sur le Large Bande et les leçons de l’expérience aux Etats-Unis: Broadband and the lessons from the US experience.

 

UltraLargeBande

Publié le 9 octobre 2008

La Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques a contribué à l’organisation du séminaire sur l’UltraBroasBand qui a eu lieu à Séoul, dans la foulée du séminaire organisé à Paris. Il a été conçu pour réfléchir aux voies permettant de maximiser le potentiel de l’UBB et en même temps de minimiser les risques qui accompagnent son déploiement. Une attention particulière a été portée aux contenus et aux applications qui constituent le moteur d’un développement réussi de l’UBB. Des recherches avancées dans ce domaine ont été présentées à Séoul par des universitaires, des industriels et représentants gouvernementaux en provenance d’Asie, d’Europe et des Etats-Unis.

Droit et économie des moteurs de recherche

Le 16 May 2008

Programme

Dans une économie numérique qui est de plus en plus une économie de l’information et de l’attention, les moteurs de recherche occupent un rôle central marqué par la place emblématique de Google en notoriété comme par sa domination du trafic d’Internet. Néanmoins, les modèles économiques et les structures de compétition des moteurs de recherche restent mal appréhendés. Par leurs infrastructures informatiques lourdes, ils relèvent de l’économie des réseaux ; en fournissant des applications de service, ils s’inscrivent dans l’économie des contenus. Le succès disruptif de Google a justement tenu à ce qu’il innovait simultanément, sur la technique, le service, l’usage et le modèle d’affaires.

Cette diversité des registres explique la difficulté d’appréhender globalement le phénomène des moteurs de recherche. Ils organisent l’échange des informations sur les lectures contre des informations sur les lecteurs d’un côté, et l’échange des informations sur les lecteurs contre la publicité de l’autre côté. Les moteurs mettent en correspondance, de manière fractale, une offre et une demande de contenus ; ils peuvent introduire de la publicité -payante et spécifique- à chaque nœud d’interactions car le référencement n’est plus préétabli.

Les moteurs de recherche manifestent une grande diversité des modèles d’affaires et ouvrent des configurations économiques très variées. La plupart reposent toutefois sur un modèle de gratuité qui rend le marché des moteurs de recherche très proche de celui des médias. Il donne un poids prépondérant à la massification de l’audience et à la constitution de marques commerciales assurant réputation et attractivité. La croissance considérable de la publicité en ligne et la place prépondérante qu’y occupent les moteurs ont attisé les enjeux financiers sur les goulots d’étranglements que constituent le marché des annonceurs et le contrôle de l’audience. La concurrence s’opère ainsi tout autant entre acteurs du numérique que sur des marchés associés organisés autour de la publicité (la presse par exemple). Dans ce contexte, la question principale qui se pose est d’abord de savoir si le marché des moteurs de recherche doit relever, ou non, d’une régulation générique.

Par ailleurs, dans la tradition ancienne des agrégateurs d’informations et des bases de données (annuaires, guides de télévision,…), les moteurs de recherche soulèvent des enjeux juridiques particuliers quant à la protection de la propriété intellectuelle. Ces questions se posent toutefois d’une manière radicalement nouvelle du fait de la technologie des moteurs. Il faut souligner également  une deuxième source de conflits importante, mal connue et souvent sous-évaluée, qui touche le droit des marques.

La traçabilité des requêtes et des parcours de consultation, en se diversifiant dans des applications à même d’enrichir les processus de personnalisation de l’offre d’informations, se heurte nécessairement au droit des individus : caractère plus ou moins anonyme des informations collectées, transparence et durée de leur conservation, commercialisation des données recueillies. Certains défendent alors la nécessité d’une régulation stricte imposant des limites et des durées de conservation des données très courtes au nom de la défense des individus et de leur droit à garder confidentielles certaines informations. D’autres soutiennent que la liberté d’expression et les choix personnels sont mieux défendus par l’amélioration des performances d’un service dans un cadre transparent quand tous les documents publics sont de libre parcours, sans censure a priori.

La Chaire Innovation et Régulation des Services Numériques a organisé une journée de recherche sur ces questions, le 16 mai 2008, qui a réuni des universitaires, des institutionnels et représentants des acteurs de l’Internet.

Les moteurs de recherche : quel cadre d’analyse ?, Pierre-Jean Benghozi,Ecole polytechnique, Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques

Search engines: just another business? Nico van Eijk, Institute for Information Law (IViR), University of Amsterdam

L’internaute comme plate internaute plate-forme : éclairages sur les modèles publicitaires, Philippe Chantepie, chef du DEPS au ministère de la culture,

Quelle régulation de la concurrence ? Denis Lescop, Institut national des telecom, Evry.
Discussion paper Joëlle Toledano, Membre du Collège de l’ARCEP
Moteurs de recherche et droits de propriété intellectuelle, Alain Strowel, professeur aux Facultés universitaires Saint-Louis (Bruxelles), à l’Université de Liège, Avocat au barreau de Bruxelles.
Moteurs de recherche et respect de la vie privée, Pierre Trudel, professeur Titulaire de la Chaire L.R. Wilson sur le droit des technologies de l’information et du commerce électronique, Université de Montréal

 

UltraLargeBande

Du 3 April 2008 au 4 April 2008

Ce séminaire a réuni des régulateurs, des opérateurs et des universitaires des États-Unis, de Corée et  d’Europe pour examiner les perspectives de l’”Ultrabroadband” (i.E. 1 Gigabit/sec). Il a été organisé dans le cadre des travaux de la nouvell Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques, avec le CITI (Columbia Business School, New York), KT and Telecom Italia.

Programme et presentations

La neutralité du Net : perspectives nord-américaines et européennes

Le 29 May 2007

Tim Wu  a « inventé » le terme « network neutrality » en 2003 pour décrire le fait que les Fournisseurs de Services Internet devaient traiter toutes les applications et tous les contenus de la même façon et non pas favoriser l’accès de certains utilisateurs à certains contenus ou services. Un vigoureux débat s’en est ensuivi aux États-Unis sur la définition pratique de la « neutralité du réseau » sur sur la question de savoir si des politiques particulières pour la garantir pouvaient être mises en œuvre par le législateur ou le régulateur.

Programme et présentations.

Conférence inaugurale : Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’Économie

Paris

Le 1 October 2007

 

Joseph E. Stiglitz was born in Gary, Indiana in 1943. A graduate of Amherst College, he received his PHD from MIT in 1967, became a full professor at Yale in 1970, and in 1979 was awarded the John Bates Clark Award, given biennially by the American Economic Association to the economist under 40 who has made the most significant contribution to the field. He has taught at Princeton, Stanford, MIT and was the Drummond Professor and a fellow of All Souls College, Oxford. He is now University Professor at Columbia University in New York and Chair of Columbia University’s Committee on Global Thought. He is also the co-founder and Executive Director of the Initiative for Policy Dialogue at Columbia. In 2001, he was awarded the Nobel Prize in economics for his analyses of markets with asymmetric information.

Stiglitz was a member of the Council of Economic Advisers from 1993-95, during the Clinton administration, and served as CEA chairman from 1995-97. He then became Chief Economist and Senior Vice-President of the World Bank from 1997-2000.
Stiglitz holds a part-time appointment at the University of Manchester as Chair of the Management Board and Director of Graduate Summer Programs at the Brooks World Poverty Institute.

Stiglitz helped create a new branch of economics, “The Economics of Information”, exploring the consequences of information asymmetries and pioneering such pivotal concepts as adverse selection and moral hazard, which have now become standard tools not only of theorists, but of policy analysts. He has made major contributions to macro-economics and monetary theory, to development economics and trade theory, to public and corporate finance, to the theories of industrial organization and rural organization, and to the theories of welfare economics and of income and wealth distribution. In the 1980s, he helped revive interest in the economics of R&D.
His work has helped explain the circumstances in which markets do not work well, and how selective government intervention can improve their performance.

Recognized around the world as a leading economic educator, he has written textbooks that have been translated into more than a dozen languages. He founded one of the leading economics journals, The Journal of Economic Perspectives. His book Globalization and Its Discontents (W.W. Norton June 2001) has been translated into 35 languages and has sold more than one million copies worldwide. Other recent books include The Roaring Nineties (W.W. Norton), Towards a New Paradigm in Monetary Economics (Cambridge University Press) with Bruce Greenwald, and Fair Trade for All (Oxford University Press), with Andrew Charlton. His newest book, Making Globalization Work, was published by WW Norton and Penguin/ Allen Lane in September 2006.